Partagez l'article

62ème journée – Mardi 26 Février 2019

Merci Thomas ton geste me sera bien utile et oui les Alizés sont là, le cap est bon avec une vitesse 2 nœuds.

Hier à 18 h, je suis rentré dans le 23 ° N !

A 20 h, arrivée dans le 35° O. Nickel, le vent a baissé pour la nuit d’un cran. Maintenant les 2 oiseaux viennent à tour de rôle me souhaiter la bonne nuit. Ils font 2 petits tours et puis s’en vont…

Ce matin, temps gris F4/F5, la mer est plus adaptée et les vagues sont dans le sens de la houle de 3m50.

10 h30, le point est fait…

11 h je suis à l’évier pour la toilette et en regardant par le hublot, je vois arriver un cargo pratiquement de face à 1 km 500 environ.

Je sors pour analyser et aperçois sa coque de tribord, j’en déduis que ça va passer, mais c’est chaud bouillant….

Contact VHF, je tombe sur abonnés absents… Le tonneau avance à bonne allure, je balance l’ancre flottante.

Je ne sais si le capitaine fait une correction de cap, mais le navire est à moins de 1 km, je le distingue très bien et voit qu’il modifie son cap et se dirige droit sur moi. Toujours personne à la radio, j’appelle Audrey de la Tonnellerie BOUTES /GARONNAISE pour l’informer de la collision éminente… Je vois la bête qui s’avance, qui monte et qui descend sa gueule grande ouverte…

Heureusement, j’ai 3 fusées de détresse sous l’oreiller. Il est à 400 mètres voir moins et je décide de tirer la fusée et là j’entends sa sirène qui retentit en continu, je suis sur la plus haute marche avec les bras en croix pour faire comprendre que je ne suis pas manœuvrant.

Enfin, il m’appelle à la radio, je lui explique que je n’ai pas de moteur, pas de voile, seulement diriger par les vents et courants. Sa réponse : NO PROBLEM… Et je vois le cargo se détourner et venir passer à quelques mètres de moi.

Un court échange de vive voix s’effectue avec le capitaine du haut de sa passerelle, pensant que j’étais un naufragé et me disant qu’il faisait demi-tour pour me récupérer.

Je lui explique que tout va bien puis par radio, il me demande si j’ai besoin de vivres ou de prévenir des proches. Je l’ai remercié très sincèrement puis j’ai relevé l’ancre et fait une photo puis j’ai rappelé Audrey, qui pendant ce temps a été d’une incroyable efficacité et a appelé le CROSS ETEL, et a donné ma position de 9 h 45, ainsi que mon cap, vitesse… Merci Audrey !!!

Analyses :

Je suis surpris que depuis avant-hier soir, lui aussi fait route vers l’Ouest en parallèle de 50 NM c’est à dire 90 kms. J’ai hâte de revoir les routes de la Marine marchande pour m’en faire une idée.

Encore une fois pas de veille radio, je ne suis pas visible au radar même avec un déflecteur car je suis trop bas sur l’eau.

A chaque réunion que j’ai pu faire avant mon départ, la question collision fut posée… Ma réponse était que la vague d’étrave me repousserait… Oui, si c’est par temps très calme. Aujourd’hui, j’en ai une autre idée, avec la houle de 3 mètres, c’est comme un poumon, dans le tangage lorsqu’il monte sur la vague et que vous êtes tout proche, vous êtes aspiré, choc imparable… Par contre, si vous êtes présent au moment où il redescend vous êtes éjecté ou roulé sans trop de dégâts.

J’ai le souvenir de cette photo, il y a 30 ou 40 ans d’un cargo rentrant dans le port de Dunkerque avec un mât de voilier accroché à son ancre…

Pour moi, c’est la loi des séries : 2 frayeurs en 4 jours ! A mon retour, j’irai à Lourdes à pieds…

Bonne journée et à demain…

Position GPS :  23.75439, -35.32654

 

62th day – Tuesday, February 26st, 2019

Thank you, Thomas: your donation will be very useful to me and yes the Trade Winds are here, the course is good with a speed of 2 knots.

Yesterday at 6:00 p. m., I went into 23° N!

At 8 p.m., arrival in 35° W. Great, the wind dropped a notch for the night. Now the 2 birds come in turn to wish me good night. They turn around two times and then leave…

This morning, grey weather F4/F5, the sea is more suitable and the waves are in the direction of the 3m50 swell.

10:30 am, the point is made….

At 11:00 a.m. I am at the sink for the toilet and looking out the window, I see a cargo ship arriving almost from the front at about 1 km 500.

I go out to analyze and see its starboard hull, I deduce that it will pass, but it will be really complicated…..

VHF contact, I come across absent subscribers… The barrel advances at a good speed, I swing the floating anchor.

I don’t know if the captain is making a course correction, but the ship is less than 1 km away, I can see it very clearly and see that it is changing its course and heading straight for me. Still no one on the radio, I call Audrey from the BOUTES /GARONNAISE cooperage to inform her of the eminent collision… I see the beast moving forward, rising and falling with its mouth wide open…

Fortunately, I have three flares under my pillow. He is 400 meters or less away and I decide to fire the rocket and then I hear his siren sounding continuously, I am on the highest step with my arms crossed to make it clear that I am not maneuvering.

Finally, he calls me on the radio, I explain to him that I have no engine, no sail, only to be guided by the winds and currents. His answer: NO PROBLEM…. And I see the cargo ship turn away and come to pass a few meters away from me.

A short verbal exchange took place with the captain from the top of his bridge, thinking that I was a shipwrecked man and telling me that he was turning around to recover me.

I explain to him that everything is fine, then by radio, he asks me if I need food or to notify relatives. I thanked him very sincerely and then I set sail and took a picture and called Audrey back, who during that time was incredibly efficient and called the CROSS ETEL, and gave my 9:45 am position and heading, speed…. Thank you, Audrey!!!

Analyses:

I am surprised that since the day before last evening, he too has been heading west in parallel by 50 NM, or 90 km. I look forward to reviewing the Merchant Navy’s routes to get an idea of them.

Once again, no radio watch, I am not visible on the radar even with a deflector because I am too low on the water.

At every meeting I was able to have before my departure, the collision question was asked… My answer was that the bow wave would push me back… Yes, if it’s very quiet weather. Today, I have another idea, with the 3-metre swell, it’s like a lung, in the pitch when it rises on the wave and you’re very close, you’re sucked in, unstoppable shock…. On the other hand, if you are present when it comes down you are ejected or rolled without too much damage.

I remember this picture, 30 or 40 years ago of a cargo ship entering the port of Dunkirk with a sailboat mast attached to its anchor….

For me, it’s the law of the series: 2 fears in 4 days! When I return, I will walk to Lourdes….

Have a good day and see you tomorrow…

GPS position: 23.75439, -35.32654


Partagez l'article