Déplacement à la seule force des courants

En voilier, à la nage, à la rame ou encore en planche à voile, et même en cerf-volant, les marins ont su dompter les flots pour rejoindre l’Amérique.

Mais sans l’intervention de l’homme durant la traversée, que se passe-t’il ?Jean-Jacques Savin, sportif aguerri et aventurier dans l’âme, va tenter de relever un défi : traverser l’Océan Atlantique, des îles Canaries aux Caraïbes, à bord d’un tonneau de 3m de long sur 2,10m de large, uniquement à l’aide des vents et des courants favorables.

Faites un don !

 

Déplacement à la seule force des courants

En voilier, à la nage, à la rame ou encore en planche à voile, et même en cerf-volant, les marins ont su dompter les flots pour rejoindre l’Amérique.

Mais sans l’intervention de l’homme durant la traversée, que se passe-t’il ?Jean-Jacques Savin, sportif aguerri et aventurier dans l’âme, va tenter de relever un défi : traverser l’Océan Atlantique, des îles Canaries aux Caraïbes, à bord d’un tonneau de 3m de long sur 2,10m de large, uniquement à l’aide des vents et des courants favorables.

Faites un don !

Le 20 octobre 1952, Alain Bombard, jeune médecin et biologiste, quitte les Canaries à bord d’un radeau pneumatique afin de traverser l’Océan Atlantique dans les conditions d’un naufragé. Il souhaite démontrer qu’un homme peut survivre sur un canot, si son moral est bon, sans eau ni nourriture pendant plusieurs semaines et ceci grâce aux ressources de la mer. Après plus de soixante jours en mer, il atteint les côtes de la Barbade en décembre.

LE DÉFI D’UN HOMME

Jean-Jacques Savin, navigateur chevronné, a longtemps vogué sur les flots. Après quatre traversées de l’Océan Atlantique en voilier, il a décidé de reprendre la mer sur une embarcation totalement inédite !
Cet homme de 71 ans a eu une carrière professionnelle peu banale : militaire parachutiste, pilote privé ou encore conservateur du Parc National de Centre Afrique, sont quelques exemples des métiers qu’il a pu exercer.

Et Jean-Jacques n’est pas à son premier défi ! Ses quatre traversées du Bassin d’Arcachon à la nage et son ascension du Mont Blanc en 2015 attestent de son irréprochable forme physique. Il s’affiche en 2017 à la seconde place du championnat de France de Triathlon, 15 ans après avoir été vice champion d’Europe, et 7ème aux championnats du monde, dans cette même discipline. Diverses performances en compétition nautique font également partie de son palmarès.

Voila la phrase qui résume le mieux le défi entrepris par cet homme répondant une fois de plus à l’appel du large…

Jean-Jacques embarquera en janvier 2019 à bord d’un tonneau en contre plaqué époxy avec l’intention de se laisser dériver au gré des vents et des courants, depuis les îles Canaries jusqu’au Caraïbes.
Son périple durera entre 2 mois et demi et 3 mois.
Cette traversée sera l’objet de plusieurs recherches scientifiques :

• R.I.E.M. et JCOMMOPS seront associés pour des recherches scientifiques maritimes.

• Les docteurs Laporte et Larminaux du centre médical Wallerstein d’Arès se joindront au projet pour diverses études sur l’individu (solitude, comportement en habitacle restreint, impact du mouvement permanent et du déplacement très lent, en ajoutant à cela le facteur de la longue durée).

LE TONNEAU

L’habitacle est en polyester pour résister à d’éventuels chocs, ainsi qu’aux déferlantes. Il dispose de quatre hublots : un sur chaque côté et un sous la coque. Une écoutille ouvrante et surmontée par une bulle (diamètre de 60cm) est placée sur le dessus. Une quille lestée permet d’équilibrer l’ensemble. Une fois terminé, il sera acheminé vers les Canaries dans un conteneur de 20 pieds. A l’issue de la traversée, le tonneau sera rapatrié sur Arès.

Longueur : 3m • Largeurs diamètres : 2.10m et 1.70m aux faces

ÉQUIPEMENT

Sécurité :
• Irridium GO
• Tablette avec GPS avec protection étanche
• Logiciel météo Weather 4d pour tablette
• Cartographie
• VHF portable
• VHF et AIS simple (émetteur/récepteur)
• Une antenne commune aux deux avec un duplexeur
• Une balise spot 3 Globastar pour me suivre sur internet
• Balise personnelle et Balise de détresse
• Un radeau homologué 4 personnes
• Un coffret de fusées
•Une ancre flottante
• Un extincteur
• Un gilet de sauvetage
• Une pompe de cale

Technique :
• Deux drones : un mauvais temps – un temps normal
• Deux go pros : une à l’extérieur – une à l’intérieur
• GPS lecteur carte
• Accessoire de support antenne
• Baromètre, montre, compas
• Deux batteries au gel de 80 app
• Deux panneaux solaires de 100 w
• Coupleur
• Contrôleur ampère
• Projecteur
• Dessalinisateur manuel
• Deux aérateurs

Autres :
• Évier • Vannes • Isolation intérieure en mousse • Jerricanes
• Réchaud • Bonbonnes de gaz • Nourriture lyophilisée
• Manilles, émerillons, cordage, outillages appropriés, etc…

UNE AVENTURE COLLECTIVE

En vue de ce projet, je consacre cette année 2018 à la préparation :
• Étude technique de mon tonneau et de son contenu
• Recherche de parrains pouvant m’aider à financer mon projet (médiatisation importante assurée)
• Analyse de nourriture lyophilisée pour minimum 3 mois d’autarcie alimentaire
• Recherche des outils numériques adaptés pour les liaisons, le positionnement et la progression

Grâce à certaines relations, les contacts avec la presse et les médias audiovisuels sont possibles.
Les parrains disposeront des faces non immergées du tonneau pour y apposer leur marque, logo et slogan (longueur 3m, largeur 2m). La durée totale de la traversée sera couverte par les médias, assurant une formidable opportunité publicitaire.

Grâce aux moyens de communication modernes, je pourrai indiquer ma position et donner diverses informations aux médias tout au long de mon périple. Ce sera l’occasion de multiplier les apparitions du tonneau à l’antenne.

Si vous souhaitez soutenir le projet et en être le parrain, je vous invite à me contacter :

Jean-Jacques Savin
1 ter rue Georges Clemenceau
33740 ARES

06 74 15 92 07
jeanjacquesavin@gmail.com